Son Bordeaux du Tac au Tac par Thomas CAZENAVE

Aujourd’hui Thomas Cazenave, candidat de « renouveau Bordeaux »(LREM), nous livre sa vision de Bordeaux par le biais de notre questionnaire du Tac au Tac.

 

1 .Ce que j’aime montrer de Bordeaux ?

 

Le Pont de Pierre, l’emblème de la réunion des deux rives et la meilleure vue de Bordeaux

 

  1. Ce que j’aimerais cacher ?

 

La colonne de la place de la Victoire

 

  1. Ce qui peut me mettre en colère

 

Quand on promet tout en sachant bien qu’on ne pourra pas tout faire.

 

  1. Le dernier endroit qui m’ait bluffé, surpris ?

 

Le réseau Girophare, pour son travail sur la lutte contre les discriminations, l’accompagnement de personnes en difficultés, la prévention des risques.

 

  1. L’endroit où j’avoue ne jamais être allé, que je n’assume pas

 

Un concert à l’Aréna.

 

  1. Le chantier le plus excitant qui m’attend ?

 

Ré-organiser avec les Bordelaises et les Bordelais, les quartiers de Bordeaux pour plus de proximité.

 

  1. Le « dossier » le plus complexe auquel il va falloir s’attaquer ?

 

Tout est complexe, mais tout est réalisable dès lors que l’on y travaille avec les bonnes équipes et la bonne méthode.

 

  1. Le quartier dans lequel je conseillerai à des amis un peu téméraires de s’installer ?

 

Je trouve que le quartier de Baccalan est très sous-estimé par les personnes extérieures à Bordeaux.

 

  1. Bordeaux a-t-elle un complexe ? si oui de quoi ?

 

Sur le plan de la culture ou de l’économie, Bordeaux n’affiche pas assez de soutien à nos acteurs locaux et mise au contraire sur l’importation d’acteurs extérieurs. C’est dommage car nous avons de quoi être très fier.

 

  1. L’autre bordelais(e) important(e) des 10 prochaines années, c’est qui ?

 

Le Vélo

 

  1. Mes amis votent-ils comme moi en général ?

 

Pas tout le temps, mais ils expriment souvent comme moi le besoin de renouvellement des visages de la vie politique.

 

  1. Ce que les bordelais ignorent me concernant ?

 

Je suis nouveau dans le paysage politique, ils ignorent sûrement beaucoup de choses et c’est bien normal ! Ce qui blesse ma grand-mère en revanche c’est quand certains voudraient faire croire que je suis parachuté dans la ville où j’ai pourtant grandi, fais mes études et en partie travaillé.

 

  1. Ce qui ne doit pas changer à Bordeaux ?

 

La modération

 

  1. Un juron bordelais qui me parle ?

 

Ça daille !

 

  1. Bordeaux, une ville où entreprendre ?

 

Oui ! Mais aussi faire croître les entreprises de notre territoire pour créer plus d’emplois.

 

  1. Le marché du travail à Bordeaux sous mon mandat en trois mots clés ?

 

Plus d’emplois, de nouveaux secteurs à développer autour de l’ESS par exemple et un nouvel éco-système dédié à la Transition Ecologique.

 

  1. Les métiers bordelais de demain ?

 

Il y en a beaucoup, et pas seulement dans le high-tech et les emplois très qualifiés. Je pense aux services à la personne ou aux artisans et commerçants.

 

  1. Une promesse très concrète que je m’engage à tenir

 

Par exemple celle de devenir la première métropole du vélo en France, au travers de 200km de pistes cyclables sécurisées. Cela aidera à décongestionner Bordeaux car moins de personnes utiliseront leurs voitures, c’est bon pour l’environnement, et c’est bon pour la santé.

 

  1. Difficultés pour se loger se déplacer, se soigner, étudier, travailler. N’en a-t-on pas fait trop sur la comm sans donner parallèlement de vrais moyens au marketing territorial ?

 

Je crois au contraire que ces dernières années on a fait beaucoup de marketing territorial au travers de magnetic Bordeaux par exemple. Il est temps de s’occuper des habitants de Bordeaux dont les problèmes de mobilité, de logement, d’étude ou de travail auxquels vous faites référence ne sont pas du tout réglés et tendent à s’empirer au contraire.

 

  1. Le plus beau projet pour la ville ?

 

Faire de nos écoles des lieux d’excellence en matière de transition écologique, d’égalité entre les filles et les garçon, d’accueil des plus fragiles.

 

  1. Je suis parisien, j’ai des envies de Bordeaux, vous me dites Bienvenue ?

 

Evidemment ! N’oubliez pas que Bordeaux s’est construite sur sa capacité d’accueil et sa diversité. C’est notre richesse. Mais il nous faut construire différemment la ville pour que cet accueil se fasse dans de bonnes conditions, et sans exclure.

 

  1. L’asso, club d’influence auquel j’ai adhéré à titre perso ?

 

A titre personnel je ne participe pas à des clubs d’influence. Mais je suis enseignant, et c’est une énorme satisfaction que de transmettre, discuter et échanger sur les sujets d’aujourd’hui avec nos étudiants.

 

  1. Les réseaux pro incontournables ?

 

C’est difficile à dire. J’ai bien sûr gardé beaucoup de relations avec mes anciens camarades d’étude ou des collègues au gouvernement. Certains ont des responsabilités importantes qu’il est toujours utile de mobiliser pour faire avancer une ville comme Bordeaux.

 

  1. 3 lieux qui « font » Bordeaux ?

 

Trois seulement ! Bon… le Pont de Pierre, Darwin, Le Stade Chaban

 

  1. Une fille qui prend le tram en jupette à minuit est-elle en sécurité ?

Non ! Beaucoup de bordelaises m’ont interpellé sur les problèmes de sécurité le soir dans les transports.

 

  1. Le blog, site, l’appli bordelaise dont je ne peux pas me passer ?

 

Le site de Renouveau Bordeaux ! Une mine d’or de projets pour notre ville 😉

 

  1. Bordeaux ville de bourgeois ou de gilets jaunes ?

 

En tout cas c’est certainement une ville où la classe moyenne, dont je viens, est de moins capable de se loger.

 

  1. La ligne de tram ou de bus qu’il faut créer ?

 

Il faut créer des lignes de transports à la demande, pour nos petits trajets du quotidien. Pour nos seniors notamment, ces types de transports permettent de partir depuis votre porte jusqu’à votre lieu de destination.

 

  1. Une ville qui m’inspire dans mon projet pour Bordeaux ?

 

J’aime beaucoup Montréal: dynamique, ouverte et accueillante, innovante sur beaucoup de sujets comme sur l’exigence de l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

  1. Qu’est ce qui rassemble les bordelais ?

 

C’est une vraie question car nous perdons un peu de notre identité. Il y a bien sûr la suppose qualité de vie, mais ce n’est pas suffisant. Il nous faut retrouver des fiertés collectives, dans le sport, dans la culture, dans notre capacité à être à la pointe de la transition écologique.

 

  1. On veut réhabiliter les barrières. Un commerce cède sa place barrière de Pessac, un petit primeur veut s’y installer, une agence immobilière aussi. Qui l’emporte ?

 

Le commerce de proximité car il est garant de notre vie de proximité et de la transition écologique si on l’y accompagne en ce sens.

 

  1. N’y a-t-il pas une différence de traitement Nord Sud ?… (décorations de Noël, propreté…)

 

Ce qui est certain c’est que les habitants de certains quartiers se sentent abandonnés. C’est le cas pour Caudéran ou pour les Aubiers par exemple.

 

  1. Vous n’en avez pas marre qu’on vous parle des arbres ?

 

Oui et non : je pense qu’on a pas assez de verdure en ville, c’est un fait, et c’est normal que beaucoup de Bordelais le ressentent comme ça. Mais les arbres ne sont pas toute la transition écologique, et Bordeaux doit aussi être ambitieuse dans d’autres domaines comme l’emploi par exemple, car il y a 30 000 chômeurs dans notre ville.

 

  1. Quels équipements faudra-t-il prioritairement aligner sur les besoins ? écoles?, Parcs ? équipements sportifs ? universités ? santé ? autres ?…

 

Il y a beaucoup de besoins mais nous pouvons y faire face. L’important pour faire une ville c’est de planifier ces besoins. Je suis frappé que dans les nouveaux quartiers récemment sortis de terre ou à venir, ces besoins n’aient pas été encore pris en compte. Aux bassins à Flot, les élèves vont à l’école dans des pré-fabriqués et les espaces publics ne sont toujours pas aménagés. Rive droite, on construit encore de grandes opérations quand les routes et notamment le Pont Simone Veil ne sont pas là. Sans planification, c’est une congestion massive assurée.

 

  1. Bordeaux est « magnetic » ! Bordeaux attire, certes mais un aimant cela retient aussi. Comment ferez-vous pour rester attractif pour les Bordelais ?

 

En faisant en sorte qu’ils ne sentent pas exclus par un immobilier trop cher ou des transports saturés !

 

  1. Un projet marquant, un événement français ou étranger que vous vous verriez bien développer à Bordeaux ?

 

Le Président de la République a demandé à ce que Bordeaux accueille le prochain sommet Afrique-France au mois de juin. C’est un honneur pour nous d’accueillir un sommet aussi important pour l’Afrique et pour la France.

 

En off, à titre plus personnel, mais ce n’est que personnel, j’adorerai vor un grand concert des Daft Punks sur la place de la bourse !

 

  1. Qualité de vie, dynamisme économique, patrimoine, culture … En quoi Bordeaux se différencie-t-elle des autres villes françaises ?

 

Comme le dit Jean-Marc Hoffner de l’agence d’urbanisme de Bordeaux (a’urba), il faut arrêter de toujours se comparer à nos semblables (les métropoles) et tacher de mieux travailler avec nos voisins, c’est-à-dire l’ensemble des territoires au-delà des communes de la métropole.

 

Et par ailleurs on a une identité culturelle qui reste à construire dans la ville.

 

  1. Dernier spectacle ou dernière expo?

 

En ce moment je suis en campagne, et j’ai donc peu de disponibilité pour mes loisirs… Mais j’en donnerai deux : la très belle exposition de photos UNSUNG HEROES en décembre, et plus récemment le concert à l’auditorium de Raphaël Pichon.

 

  1. Dernier resto ?

 

La brasserie du Plana, place de la Victoire

 

  1. La question qui ne m’a pas été posée et à laquelle j’aurais aimé répondre ?

 

Disons que moi je commence toujours par demander « comment ça va aujourd’hui » ?!

Guillemette Bardinet
Share
This