Son Bordeaux du Tac au Tac par Nathalie COIQUAUD

Aujourd’hui, Nathalie Coiquaud, relations publiques, femme de réseau qui crée naturellement du liens et des connections, nous livre sa vision de Bordeaux par le biais de notre questionnaire du Tac au Tac.

  1. Ce que j’aime montrer de Bordeaux ?

Les levers et les couchers de soleil sur le fleuve pour le reste les professionnels le font bien mieux que moi

  1. Ce que j’aimerais cacher ?

Toutes les barrières  de Bordeaux sans exception qui nous projettent plus de 50 ans en arrière

  1. Le dernier endroit qui m’ait bluffé, surpris ?

Le magnifique  Muséum  de Bordeaux , et à l’heure de la protection de la planète,  il faudrait mettre au coffre toutes  les espèces en voie de disparition (conf Lascaux)

  1. Un truc bordelais que je suis la seule à détester ?

La réhabilitation du Temple Classé des Chartrons par un artiste de Street Art à qui la Ville de Bordeaux  a donné carte blanche et qui a plongé avec fracas le quartier dans le noir

  1. Un bordelais qui m’énerve ?

Le Bobomouchi sur le modèle du Mamamouchi du Bourgeois Gentilhomme de Molière

  1. L’endroit où l’on est sûr de ne pas me trouver ?

Sur les sites de rencontres bordelais et tous les  autres

  1. L’endroit où l’on est sûr de me trouver ?

Sur les quais , l’appel du fleuve est puissant et sa couleur fantasque nous fait voyager … l’Afrique n’est pas loin comme nous le rappelle tristement notre histoire

  1. Suis-je transversale dans ma pratique de la ville ?

J’aime  croiser les réseaux …

  1. L’endroit où j’avoue ne jamais être allée , que j’assume

Le miroir d’eau et ses selfies brumeux du dimanche après midi

  1. Le « truc » auquel je n’ai pas cru et qui marche ?

Le BATCUB  … et  pourvu qu’il marche encore  longtemps , je le prends aussi  souvent que possible  pour le rentabiliser .

  1. Le « truc » auquel je crois et qui marchera ?

Toutes les initiatives de mobilité douce … on y vient doucement

  1. Si j’ai envie d’avoir la paix je vais où ?

Pas chez moi car j’ai la fâcheuse habitude de laisser la porte ouverte et l’on y rentre comme dans un moulin

  1. Celui dont j’aimerais avoir le carnet d’adresse ?

Le bordelais Michel DUBARRY Président Europe et Afrique de Nord de Rolls-Royce qui préside la Fondation Bordeaux Université et qui œuvre à ce titre avec succès à la mise en relation des entreprises avec les chercheurs du Campus Bordelais

  1. Bordeaux a-t-elle un complexe ? si oui de quoi ?

Celui du charme de l’ancien …

  1. Le(a) bordelais(e) important(e) des 10 prochaines années c’est qui ?

Un savant un chercheur , un scientifique pour  les générations futures

  1. L’endroit où je ne vais jamais mais dont j’ai besoin de savoir qu’il existe ?

Le CHU DE Bordeaux qui reprend la tête du classement annuel du POINT des hôpitaux de France mais je ne suis pas pressée de m’y rendre .

  1. Un lieu bordelais très néo bordelais friendly ?

Le wanted Café , le trio est formidable…  je les connais depuis la maternelle ( la leur ) , ils ont créé un modèle remarquable et remarqué par Facebook

  1. Avez-vous déjà invité un néo bordelais ?

Heureusement pour moi et j’espère un peu  pour eux … je pense que nous avons beaucoup à apprendre de ceux qui ont choisi notre ville , ne serait ce que pour ne pas les décevoir .

  1. Votre commune de la Métropole préférée ?

Bouscat premier jour, Bouscat toujours

  1. Ce qui ne doit pas changer ?

Un certain art de vivre

  1. Un juron bordelais qui vous parle ?

J’ai des lacunes car ma mère jurait seulement en espagnol, aujourd’hui le juron se veut un facteur d’intégration dans la ville  que je ne partage pas

  1. Une chose à dire, au maire de Bordeaux ?

Je ne sais pas s’il va prolonger beaucoup de joueurs  mais qu’il pense aux jeunes  quand le temps du mercato viendra …

  1. A quoi reconnait-on un néo bordelais ?

Celui qui dit qu’il a rencontré Bernard Magrezzzzzzzz

  1. Ils travaillent dans quoi les néo bordelais ?

Dans les services , le marketing ,la finance et non plus dans l ‘industrie , la transformation de matières et la manufacture  des objets

  1. Une petite entreprise, une start-up à suivre

… les POLICHINEUSES qui favorisent l’économie circulaire autour des équipements de la puériculture

  1.  Le plus beau projet pour la ville ?

La requalification des barrières  de Bordeaux qui la ceinture

  1. Le réseau pro qui vous correspond ?

L’APACOM , Association des Professionnels Aquitains de la communication , un modèle du genre , formidable appel d’air pour les nouveaux entrants en com

  1. Les lieux qui « font » Bordeaux ?

Toux ceux qui ont une âme, où l’on se dit que l’on est à Bordeaux et nulle part ailleurs

  1. Une ville de France ou du monde qui ressemble à Bordeaux, ce serait ?

Lourdes mais  l’on a encore beaucoup de miracles à faire ici

  1. Les quartiers ou villes de demain ?

Ceux qui ne sont pas encore construits

  1. Mon chef d’entreprise bordelais préféré

Le très discret Jean Pierre Renaudin

  1. Le blog, site, l’appli bordelaise dont je ne peux pas me passer ?

L’édition du soir de SUD OUEST même si rien ne remplace le papier

  1. Qu’est-ce que j’ai fait pour Bordeaux ?

Nous avions créé Terrafemina Bordeaux  et réuni des femmes de tous horizons pour leur partager les expériences inédites de femmes remarquables, aujourd’hui elles sont bienvenues dans les réseaux masculins .

  1. Qu’est-ce que Bordeaux a fait pour moi ?

Permis de fonder une famille et d’y élever mes enfants  après des séjours à l’étranger , le rêve de beaucoup de jeunes bordelais expatriés .

  1. L’endroit le plus photogénique de la métropole ?

Le point de vue depuis la terrasse de l’hôtel Saint James, un vrai luxe pour les yeux

  1. De quoi le bordelais ne parle-t-il jamais ?

De la belle endormie,  image que je trouve exécrable .

  1. Qu’est ce qui rassemble les bordelais ?

Les fêtes liées à l’oenotourisme et à la gastronomie , et les beaux  concerts .

  1. Mon cœur est Bordeaux Nord ou Bordeaux Sud ?

Balle au centre

  1. A qui j’aimerais passer la main pour faire un tac au tac brillant et subtil?

Les GARANCE comme on dit Marc Dauberte   vient de racheter avec son conjoint l’hôtel de la Tresne ( rue de cheverus   pour l’ouvrir à la fin de l’année en lieux alternatif en partenariat avec Arcurial )

Guillemette Bardinet
Share
This