Son Bordeaux du Tac au Tac par Melanie Tammeveski

Aujourd’hui Melanie TAMMEVESKI, nous livre sa vision de la ville par le biais d’un questionnaire du tac au tac. Mine d’info, transversale, Mélanie est rédactrice en chef chez du webzine Un air de Bordeaux  (www.unairdebordeaux.fr ) , et sur la métropole elle en connait un rayon !

  1. Le dernier endroit qui m’ait bluffé, surpris ?

J’ai la chance de découvrir plein de lieux surprenants par le biais de mon travail pour UN AIR DE BORDEAUX. La métropole est un terrain de jeu remarquable pour ceux qui aiment les explorations locales. On devrait tous se mettre au nomadisme à domicile !

Chineuse férue, j’ai eu un gros coup de cœur pour l’Entrepôt Saint-Germain à côté de la gare. Une sacrée caverne d’Ali Baba qui vous fait voyager dans le temps et un lieu incontournable si vous aimez les vielles choses et curiosités.

Une autre bonne surprise fut la Chiffonne Rit à Bastide. Cet ancien garage automobile héberge aujourd’hui une quarantaine d’artisans et artistes. A l’heure où les ateliers et espaces pour la création artistique se font rares dans le centre-ville, il est rassurant de voir que de nouvelles formes d’organisation naissent. Une superbe initiative qui rend abordable les espaces de travail pour artisans et qui, en plus, ouvre ses portes au grand public.

L’été dernier, j’ai découvert la Laiterie à Talence. Bien caché en bordure du chemin de fer, ce jardin arboré est un lieu assez inclassable qui mérite le détour. Programmation ludique, cadre bucolique, j’y retourne cet été, c’est sûr. Un peu dans le même esprit, je citerai volontiers le Jardin éphémère à Bègles et le Jardin PIP à Bacalan. Voilà, mon best of des lieux créatifs et dépaysants !

  1. Les lieux moteurs de mon intégration à la ville ?

Plus qu’un lieu, c’est une personne : Fred. C’est dans son café que ma vie à Bordeaux a pris un vrai tournant. Je conseille à chaque expat’ de bosser dans un café de quartier en arrivant. Son « bar des vedettes » venait à peine d’ouvrir quand j’y ai commencé en tant que serveuse. Il y a pire que servir des cafés avec vue sur la porte Cailhau, hein ? C’est là que j’ai rencontré mes premiers amis à Bordeaux et j’y retourne toujours avec plaisir. Merci Fred !

  1. L’endroit où l’on est sûr de ne pas me trouver ?

Poussée par ma curiosité, je vais partout et j’essaie de bouger sans à priori. Mais bon, il y a des spots qui ne me donnent pas trop envie, comme la queue de l’Entrecôte, la rue Sainte-Catherine un samedi après-midi ou le marché de Noël…

  1. L’endroit où l’on est sûr de me trouver ?

En train de courir sur toutes les aires de jeux de Nansouty, aux Capus, sur la terrasse de Poggetti, au parc du Moulineau le dimanche, au joli comptoir des Furies Bergères, dans les rayons de la Machine à lire, à la brocante de Saint-Michel ou en terrasse à la Taupinière.

  1. Qu’est ce qui rassemble les bordelais ?

Leur passion pour les produits locaux et bonnes tables …la gourmandise ! Nulle part ailleurs on parle autant de bouffe qu’à Bordeaux.

  1. Ce qui ne doit pas changer ?

Une ville qui ne change pas, quel horreur !  Il y a à Bordeaux un contraste assez unique entre cet énorme secteur sauvegardé ultra homogène – dont on est sûr que les murs ne bougeront pas – et cette constante évolution tout autour avec des projets majeurs qui changent la ville fondamentalement. La qualité de vie est intimement liée aux espaces verts, les arbres nous font du bien et on a la chance de vivre dans une métropole très verte. Ca me ferait mal au cœur de voir des zones fragiles comme la réserve naturelle de Bruges ou la zone maraîchère d’Eysines menacés par des projets de construction…

  1. Votre « événement » bordelais préféré ?

L’été ne serait pas le même sans le festival Relâche ! J’adore aussi les repas de quartier, la fête du vin nouveau et de la brocante aux Chartrons, les guinguettes mobiles de Merci Gertrude et en dehors de Bordeaux, pour son cadre : le festival vie sauvage à Bourg.

  1. Ce que vous ne comprenez pas de Bordeaux ?

Les pulls sur les épaules, les Stan Smith vertes à tous les pieds, la passion pour le cannelé quand on a des dunes et puits d’amour, la fermeture des bars à 2 h !

  1. Les quartiers ou villes de demain ?

La rive droite et cet été, le parc aux Angéliques !

  1. L’enseigne qui manque dans cette ville ?

Ce n’est sont sûrement pas les agences immobilières et coiffeurs qui manquent. Une épicerie allemande ou un foodtruck qui vend de la « currywurst » serait pas mal. Et à Nansouty tout le monde n’attend qu’une chose : un bar ou un café de quartier sympa !

Guillemette Bardinet
Share
This