Son Bordeaux du Tac au Tac par Colette BALATEAU-BAINVEL

Quitter Bordeaux. Colette Balateau-Bainvel a quitté Bordeaux pour se lancer avec son mari Pierre Marie dans un projet un peu dingo : les tourtereaux ont tout lâché pour monter un ravissant petit hôtel sur l’île de Hollbox (au large de Cancun) sur laquelle ils ont plus que flashé. Pas simple…. Tant mieux!!  Et ça cartonne avec de la presse à gogo, et même 6 pages dans le Elle cet été. Colette est fêtarde et reste plus branchée que nous tous même à distance. A vos carnets de notes, Colette est partageuse et nous livre son tac au tac bordelais depuis son paradis  tropical. Bonne rentrée à tous!

 

 

  1. Ce que j’aime montrer de Bordeaux ? St Pierre, St Paul, St Michel avec leurs boutiques indépendantes et leurs terrasses, les Capus et la Base Sous-Marine

 

 

  1. Ce que j’aimerais cacher ? Un nombre certain d’immeubles récemment sortis de terre aux Bassins à Flot, à Euratlantique ou à Bastide Niel.

 

 

  1. Le dernier endroit qui m’ait bluffé, surpris ? Le Palais des Sports après sa réhabilitation.

 

  1. Un truc bordelais que je suis le(a) seul(e) à aimer ou à détester ? La Promenade Sainte Catherine. J’aime le fait que l’on ait créé une nouvelle rue mais je déteste les enseignes et l’architecture.

 

  1. Un grand classique de Bordeaux que je n’aime pas ? La Cité du Vin

 

  1. Les lieux moteurs de mon intégration à la ville ? La Mairie où j’ai travaillé une bonne quinzaine d’années. Mais aussi les terrasses des bars et mon ancien appartement où j’ai fait un nombre incalculable de soirées (ce qui m’a valu une condamnation au tribunal d’ailleurs… !)

 

  1. Un bordelais qui m’énerve ? Celui qui râle à cause du bruit, de la circulation, du prix de l’immobilier mais qui est bien content de profiter du Bordeaux d’aujourd’hui avec son offre culturelle, ses services, ses commerces, ses espaces.

 

  1. L’endroit où l’on est sûr de ne pas me trouver ? Sur le rooftop du Grand Hôtel

 

  1. L’endroit où l’on est sûr de me trouver ? A la terrasse de Chez Fred, au Poisson Rouge, à l’iBoat ou au Wooosh.

 

  1. Suis-je transversal(e) dans ma pratique de la ville ? Oui, j’ai pendant des années fait le grand écart entre les cocktails mondains et les afters

 

  1. L’endroit où j’avoue ne jamais être allé(e), que j’assume : Le Théatro !!!

 

  1. L’endroit où j’avoue ne jamais être allé(e), que je n’assume pas : Tous ceux qui ont ouvert depuis que j’ai quitté Bordeaux, forcément. J’assume mais ça me frustre un peu.

 

  1. Le « truc » auquel je n’ai pas cru et qui marche ? Je n’ai pas pour habitude de ne pas croire en un « truc » qui démarre. Wait & see !

 

  1. Le « truc » auquel je crois et qui marchera ? L’iBoat dans sa nouvelle version

 

 

  1. Si j’ai envie d’avoir la paix je vais où ? Chez moi à Holbox !!!

 

 

  1. Celui ou celle dont j’aimerais avoir le carnet d’adresses ? J’ai la prétention de penser que j’ai encore un bon carnet d’adresses bordelaises. Aujourd’hui, j’aurais plutôt besoin du carnet d’adresses d’un bon RP à l’international.

 

 

  1. Bordeaux a-t-elle un complexe ? si oui de quoi ? Bordeaux n’a plus aucun complexe !

 

 

  1. Le(a) bordelais(e) important(e) des 10 prochaines années c’est qui ? Celui ou celle qui remportera les prochaines municipales

 

 

  1. L’endroit où je ne vais jamais mais dont j’ai besoin de savoir qu’il existe ? Bordeaux, justement ! Je n’y vais plus que 4 à 5 jours par an mais je besoin de savoir qu’elle existe.

 

 

  1. Bordeaux ville d’accueil, de bienveillance envers les nouveaux arrivants ? Carrément ! On a fait beaucoup, pendant de longues années, pour accueillir de nouvelles entreprises et de nouveaux habitants.

 

 

  1. Un lieu bordelais très néo bordelais friendly ? Darwin, sans hésitation.

 

 

  1. Avez-vous déjà invité un néo bordelais ? Oui, plein ! Cyrille Borgnet et sa femme Karine, deux artistes parisiens, Guillaume Fédou qu’on ne présente plus, Claire Andries, la DG Culture de Bordeaux ou encore Mathieu Roussennac, Responsable de l’attractivité à Bx Métropole….pour ne citer qu’eux.

 

 

  1. Votre commune de la Métropole préférée ? Bordeaux

 

  1. Ce que vous ne comprenez pas de Bordeaux ? Son urbanisation à outrance. On peut faire une pause et réfléchir ?

 

 

  1. Ce qui ne doit pas changer ? La mixité

 

 

  1. Un juron bordelais qui vous parle ? Putain !

 

 

  1. Une chose à dire, à demander au maire de Bordeaux ? Non.

 

 

  1. Le marché du travail à Bordeaux en trois mots clés ?
  • Caché.
  • Réseaux.
  • (Emploi du) Conjoint.

 

  1. A quoi reconnait-on un néo bordelais ? Il coche toutes les cases des lieux où il faut absolument être.

 

 

  1. Ils travaillent dans quoi les néo bordelais ? Le tertiaire. C’est ce qui se transpose le plus facilement.

 

  1. BX, une ville où entreprendre ? Oui, même si j’ai préféré entreprendre à l’étranger.

 

  1. Une petite entreprise, une start-up à suivre : La mienne : l’hôtel Casa Cat Ba que j’ai ouvert à Holbox, une jolie petite île Mexicaine !

 

  1. Le plus beau projet pour la ville ? Faire une ville, une métropole à énergie positive.

 

  1. Votre « événement » bordelais préféré ? Ahoy, organisé par l’iBoat et Climax

 

  1. Votre asso, club d’influence préféré ? Club d’influence ? Rien que le mot me fait fuir !

 

  1. Le réseau pro qui vous correspond ? Plus aucun aujourd’hui.

 

  1. Les lieux qui « font » Bordeaux ? Les Capus, l’iBoat, Darwin

 

  1. Une ville de France ou du monde qui ressemble à Bordeaux, ce serait ? Aucune et en même temps, je trouve qu’il y a aujourd’hui une espèce d’uniformisation des espaces urbains, surtout dans les artères commerciales. On voit les mêmes enseignes, les mêmes devantures partout, ça me déprime.

 

  1. Les quartiers ou villes de demain ? La ville de pierre, surtout quand on voit ce qui se construit aujourd’hui.

 

  1. Mon entreprise bordelaise favorite : L’iBoat. Ils sont précurseurs, créatifs et super courageux.

 

  1. Mon chef d’entreprise bordelais préféré ? Philippe Guiraud et sa femme Kate, qui ont créé l’atelier Bilto Ortega, des graphistes super rock’n roll installés au G2, qui bossent pour des institutionnels depuis des années, tout en organisant des expos qui décoiffent.

 

 

  1. Le blog, site, l’appli bordelaise dont je ne peux pas me passer ? Je suis toujours abonnée au journal Sud-Ouest, et je lis tous les jours les pages Bordeaux. Une manie dont je n’arrive pas à me défaire alors que je vis sous les Tropiques !

 

 

  1. L’endroit le plus photogénique de la métropole ? La Base Sous-Marine, la nuit

 

  1. La ligne de tram qui manque ? Celle qui va à l’aéroport

 

  1. De quoi le bordelais ne parle-t-il jamais ? De ses échecs

 

  1. Le lieu le plus politiquement incorrect ? Les rues dans lesquelles on laisse dormir des familles.

 

  1. Qu’est ce qui rassemble les bordelais ? Ce sentiment de vivre dans la plus belle ville de France

 

  1. Qu’est-ce que j’ai fait pour Bordeaux ? Une quinzaine d’années de boulot à la Mairie !

 

  1. Qu’est-ce que Bordeaux a fait pour moi ? Elle m’a finalement permis d’oser la quitter et m’épanouir ailleurs.

 

 

  1. A qui j’aimerais passer la main pour faire un tac au tac brillant et subtil ? Mathieu Roussennac, un néo-bordelais justement et qui plus est en charge de l’attractivité à Bordeaux Métropole

 

 

  1. La question à laquelle j’aurais aimé répondre ?
    1. Qu’est-ce que ça fait de quitter Bordeaux ? Ça secoue puis ça fait un bien fou, ça ouvre l’esprit.
    2. Qu’est-ce qui me manque le plus ? Je vis aujourd’hui sur une île mexicaine de 1700 habitants donc je dirais la culture parce que ça fait chic mais en fait ce qui me manque le plus c’est le fromage et la charcuterie !

 

Guillemette Bardinet
Share
This