Son Bordeaux du Tac au Tac par Christophe Cadu-Narquet

Aujourd’hui Christophe Cadu-Narquet, expert et courtier en arts du XX é, á l´origine d´un nouveau lieu ambitieux et audacieux à découvrir près de la Cite du Vin, LA CHRYSOPÉE, nous livre sa vision de la ville par le biais d’un questionnaire du tac au tac. 

  1. Ce que j’aime montrer de Bordeaux ?

« La grande lumière du Sud-Ouest, noble et subtile tout à la fois ; (…) » Celle dont parle Roland Barthes.

  1. Ce que j’aimerais cacher ?

Pourquoi et comment cacher quelque chose qui nous déplait ? Dans une ville, les

quartiers évoluent en permanence. Certains, en pleine mutation, sont en travaux  durant des périodes plus ou moins longues et leurs cicatrices témoignent de leur histoire … Un peu comme les nôtres !

  1. Le dernier endroit qui m’ait bluffé, surpris ?

L’ancien magasin à grains du XVIIIè au Pied du château à Langoiran. Restauré durant 2 ans par le plasticien Jérôme Abel-Seguin, ce lieu (avec sa cour fermée) est devenu un nouvel espace culturel sur lequel il faudra compter.

  1. Un truc bordelais que je suis le(a) seul(e) à détester ?

Les heures passées en voiture sans raison

  1. Un grand classique de Bordeaux que je n’aime pas ?

La pluie !!!

  1. Les lieux moteurs de mon intégration à la ville ?

Bacalan, Les Chartrons, St. Michel, St. Seurin, Ginko, …

  1. L’endroit où l’on est sûr de ne pas me trouver ?

À un rassemblement de rollers

  1. L’endroit où l’on est sûr de me trouver ?

Dans mon Cabinet d’art  – La Chrysopée (www.lachrysopee.fr)

  1. Suis-je transversal dans ma pratique de la ville ?

Pratiquer la ville c’est être curieux, s’y déplacer et la parcourir avec des destinations plus ou moins précises : Découvrir des auteurs, chiner, marcher le long du fleuve, faire son marché, …

  1. L’endroit où j’avoue ne jamais être allé ?
  • Un que j’assume : A l’intérieur du stade Matmut à la silhouette pourtant intéressante.
  • Un que je n’assume pas : En haut de la Tour-Clocher St. Michel depuis laquelle la vue sur la ville doit être superbe.
  1. Le « truc » auquel je crois et qui marchera ?

La Meca, futur Pôle d’art contemporain dont Bordeaux a besoin.

  1. Si j’ai envie d’avoir la paix je vais où ?

Au jardin public ou au Square Vinet

  1. Bordeaux a-t-elle un complexe ? si oui de quoi ?

La ville non, mais certains de ses habitants ont une certaine retenue qui ne facilite pas toujours l’échange. Comme la culture du vin, les relations s’y construisent sur la durée et dans la discrétion.

  1. Le(a) bordelais(e) important(e) des 10 prochaines années c’est qui ?

Se risquer à un pronostic relève du jeu et je ne suis pas joueur.

  1. L’endroit où je ne vais jamais mais dont j’ai besoin de savoir qu’il existe ?

La cité Frugès construite dans les années 20 par Le Corbusier.

  1. Bordeaux ville d’accueil, de bienveillance envers les nouveaux arrivants ?

Bordeaux ville d’accueil pour les gens de passage, mais plutôt réservée dès lors que l’on souhaite s’y installer et trouver sa place.

  1. Un lieu bordelais très néo bordelais friendly ?

Les Halles de Bacalan

  1. Avez-vous déjà invité un néo bordelais ?

Plus que cela : Nous aimons les impliquer dans nos projets culturels.

  1. Votre commune de la Métropole préférée ?

Le Bouscat

  1. Ce que vous ne comprenez pas de Bordeaux ?

L’insuffisance de pont entre rives de la Garonne qui induisent des difficultés de liaison entre quartiers.

  1. Ce qui ne doit pas changer ?

La qualité de vie réunie dans un urbanisme et un environnement naturel à taille humaine.

  1. Une chose à dire, à demander au maire de Bordeaux ?

Plus de moyens pour la culture en général et les arts plastiques en particulier.

  1. Le marché du travail à Bordeaux en trois mots clés ?

Tertiaire, féminin et créatif.

  1. A quoi reconnait-on un néo bordelais ?

A sa méconnaissance du bordelais

  1. BX, une ville où entreprendre ?

Certainement. Le potentiel humain, le cadre et la qualité de vie le permettent.

  1. Une petite entreprise, une start-up à suivre

Moon Harbour.

  1. Le plus beau projet pour la ville ?

Le musée de la Mer et de la Marine. Le plus beau rêve : Refonder le CAPC

  1. Votre « événement » bordelais préféré ?

La Fête du Vin nouveau et de la Brocante, rue Notre-Dame.

  1. Votre asso, club d’influence préféré ?

Le club du MADD, les amis du CAPC, …

  1. Le réseau pro qui vous correspond ?

De l’Architecture à l’Édition en passant  par les arts décoratifs et graphiques.

  1. Les lieux qui « font » Bordeaux ?

Les Quinconces, Pey-Berland, St. Michel, les Quais, Les portes (Dijeaux, Cailheau, …), les échoppes et les jardins.

  1. Une ville de France ou du monde qui ressemble à Bordeaux, ce serait ?

Nantes en plus petit, Paris en plus grand.

  1. Les quartiers ou villes de demain ?

Bacalan, Bastide Niel, Belcier, …

  1. Mon entreprise bordelaise favorite

La librairie Mollat qui a su placer la pensée dans toutes ses dimensions au centre de son activité culturelle.

  1. Mon chef d’entreprise bordelais préféré ?

Non pas un mais plusieurs parmi ceux qui mêlent le mieux l’art et le Vin : Florence Cathiard, Jean-Michel Cazes, Philippe Raoux,  …

  1. Le blog, site, l’appli bordelaise dont je ne peux pas me passer ?

La Bella Bordeaux, Beau Bon Bordeaux, TBM.

  1. Le lieu le plus politiquement incorrect ?

Darwin

  1. Qu’est ce qui rassemble les bordelais ?

Leur faculté à résister au changement (…)

  1. Qu’est-ce que je fais pour Bordeaux ?

Introduire des pratiques et des artistes qui renouvèlent le milieu culturel.

  1. Qu’est-ce que Bordeaux fait pour moi ?

Elle m’offre son art de vivre et me permet de me projeter grâce à de belles rencontres et à des échanges passionnants.

Guillemette Bardinet
Share
This